CE QUE JE CROIS
"il est plus facile de proclamer l'égalité que de la réaliser"
 
22 juil. 2008
La Reforme votée



Le Parlement réuni en Congrès à Versailles a adopté lundi 21 juillet la réforme des institutions par 539 voix contre 357, soit une seule voix de plus que la majorité requise des 3/5èmes des suffrages exprimés.

Sur les 906 parlementaires, 905 ont voté, dont 896 suffrages exprimés, ce qui établissait la majorité requise à 538 voix. Le camp des oui a obtenu 539 voix et celui des non, 357.
Un "oh" de surprise a accueilli ce résultat dans l'hémicycle de l'aile du Midi du Château de Versailles avant que les élus de la majorité se lèvent et applaudissent.

"Merde, c'est pas vrai !", s'est exclamé un membre du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Le vote se déroulait par bulletin électronique dans les salons situés à proximité de l'hémicycle. Le scrutin s'annonçait tellement serré que le bureau du Congrès avait également décidé un décompte manuel des bulletins, en plus du comptage électronique, afin d'éviter toute contestation.

La réforme modifie ou crée 47 articles dans la Constitution. Elle permet notamment au chef de l'Etat de venir s'exprimer devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles. Elle limite par ailleurs à deux les mandats du président de la République, encadre davantage l'usage de l'article 49-3 (adoption sans vote d'un projet de loi), permet au Parlement de mieux contrôler son ordre du jour ou de mettre son veto à certaines nominations présidentielles.


En ouvrant les débats à Versailles, François Fillon avait invité "ceux qui hésitent à ne pas gâcher cette occasion" de réformer les institutions. "Soit le renouveau, soit le statu quo: voilà l'alternative et tout le reste n'est que littérature".
Le chef du gouvernement avait appelé les parlementaires "à un esprit de responsabilité", car "chaque voix comptera" et "dessinera le visage de notre démocratie pour plusieurs décennies". "Peut-on espérer que les enjeux de ce Congrès ne soient pas occultés par ceux d'un autre congrès?", avait-il lancé dans une allusion au congrès du Parti socialiste.
"J'ai besoin de vous", avait lancé de son côté le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Jean-François Copé aux parlementaires de la majorité.


Le député socialiste Arnaud Montebourg avait dénoncé à la tribune une réforme qui "institutionnalise dangereusement une forme nouvelle de monocratie" et qui représente "un accélérateur de puissance pour le pouvoir".
Il s'en était pris au président Nicolas Sarkozy, "incapable de bâtir le consensus, préférant jouer à la loterie une réforme aussi importante" et "user d'expédients déshonorants" pour convaincre les parlementaires de sa majorité. "Faire passer une réforme à coups de règle sur les doigts n'est-elle pas la preuve de son caractère contestable?", avait-il lancé.

Baylet défend la décision des radicaux

Dans une ambiance houleuse, Jean-Michel Baylet avait défendu la décision des radicaux de gauche de voter en faveur de cette réforme, défendant "un choix libre, opéré en conscience" et "à mille lieux des spéculations que certains ont cru pouvoir nous prêter". Les radicaux de gauche sont accusés d'approuver la réforme en échange de la promesse par Nicolas Sarkozy d'un abaissement à 15 du seuil de constitution d'un groupe politique à l'Assemblée nationale.
"Il n'y aura pas demain de plan B pour la réforme institutionnelle", avait plaidé le député François Sauvadet pour le Nouveau centre. "Je ne comprends pas la logique de ceux qui critiquent jour après jour l'hyper-présidentialisation du régime et qui se refusent aujourd'hui à voter un rééquilibrage de nos institutions en faveur du Parlement".
Les responsables de la majorité, Nicolas Sarkozy en tête depuis Marrakech, avaient passé le week-end au téléphone pour convaincre les récalcitrants, n'hésitant pas à jouer la carte de la dramatisation pour réunir la majorité requise des trois cinquièmes des suffrages exprimés.

"Faux suspens"

Hostile à la réforme jusque-là, le député UMP Gilles Bourdouleix avait ainsi annoncé à son arrivée à Versailles son intention de la voter, estimant qu'une victoire du "non" entraînerait "un affaiblissement du président de la République et de la France". Le député UMP Hervé Mariton avait également décidé de voter "oui", pour ne pas "provoquer une crise dans la majorité là-dessus". Et puis, "si je votais non, je risquais de ne plus être audible".
François Goulard (UMP), lui, entendait toujours voter "non". Il avait dénoncé "un faux suspens" et "une certaine mise en scène" à l'UMP. Nombre de détracteurs de cette réforme "se sont laissés convaincre au fil des heures", avait-il constaté.
posted by Fawzi. Benabdallah mardi, juillet 22, 2008  
 
0 Comments:
<< Back to top

Nom: Fawzi. Benabdallah
lieu: Clichy la Garenne, 92110, France
Maire adjoint,radical de gauche,militant,comme JeanJaures "L'histoire humaine n'est qu'un effort incessant d'invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création.
voir fiche


derniers commentaires
Gérald Dahan a appris par mail, mercredi 22 févr...
Campagne citoyenne à Clichy la Garenne
Aubry accuse Sarkozy
Hulot vert pale
Le monde est du côté de celui qui est debout.
"ZINOCHET"

Dilem en Liberté
le rapport qui accuse
Tahar Ben Jelloun répond au Président Sarkosy


mesarchives
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juillet 2006
septembre 2006
octobre 2006
novembre 2006
décembre 2006
janvier 2007
février 2007
mars 2007
avril 2007
mai 2007
juin 2007
juillet 2007
septembre 2007
octobre 2007
novembre 2007
décembre 2007
avril 2008
juillet 2008
septembre 2008
octobre 2008
novembre 2008
décembre 2008
janvier 2009
février 2009
mars 2009
avril 2009
mai 2009
juin 2009
juillet 2009
août 2009
septembre 2009
octobre 2009
novembre 2009
décembre 2009
janvier 2010
février 2010
avril 2010
mai 2010
septembre 2010
octobre 2010
décembre 2010
janvier 2011
février 2011
mars 2011
septembre 2011
février 2012


mesliens
prg92
clichy la radicale
prgyonne