CE QUE JE CROIS
"il est plus facile de proclamer l'égalité que de la réaliser"
 
28 sept. 2009
Travailler pour notre Président

4000 invités, une facture de 400 000 euros. Sarkozy a régalé la communauté française de New York lors d’une petite sauterie mercredi 23 septembre au soir. On ne passe pas tous les jours à la tribune de l’ONU…
L’âme de la France généreuse a franchi l’Atlantique avec le bon président Sarkozy.
C’est du moins ce qu’ont dû penser les 4000 convives installés dans la très chic salle de Gala du Manhattan Center Studio. A l’occasion de sa venue à New-York pour l’Assemblée générale des Nations-Unies, Sarko Ier n’a pu s’empêcher d’organiser une petite fête pour la communauté française de la Grosse Pomme, qui l’aime tant (les Français de New York ont massivement voté UMP aux présidentielles).
Le président n’aime pas le faire en solitaire. 4000 chanceux, dont Charles Elie Couture ou Patrick de Carolis, ont ainsi pu célébrer le passage de sa grandeur à New York. Et encore, 4000 correspondait à la capacité maximale de la salle, le Consulat Général ayant dû fermer très tôt les réservations tant la demande pour participer à cette petite sauterie fut grande.
Au menu, haute gastronomie et bulles bien françaises, le tout permis grâce à la mobilisation de pas moins de vingt-deux cuisiniers et cent quarante serveurs. 1 cuisinier pour 182 personnes et 1 serveur pour 29.
Travailler plus pour payer les factures de notre président.
posted by Fawzi. Benabdallah lundi, septembre 28, 2009  
 
0 Comments:
<< Back to top

25 sept. 2009
Brice ou Mustapha???????

"J'hésite à donner à mon enfant un prénom typé, j'ai peur qu'il n'en souffre"
LEMONDE.FR |
A la suite de la publication de l'article de "Moi, Mustapha Kessous, journaliste au Monde et victime du racisme ordinaire", Le Monde.fr a lancé un appel à témoignages sur le racisme tel qu'il est perçu par nos lecteurs au quotidien.

• "J'ai de la chance, je suis bien blanche" par Mariam H.
Je me nomme Mariam, et une fois mes études achevées, j'ai recherché du travail pendant des mois en envoyant mon CV sans photo. Je n'ai jamais reçu aucune réponse. Je ne comprenais pas, j'avais de bonnes références et j'étais diplômée avec les félicitations du jury. Et puis j'ai fini par ajouter une photo d'identité sur ledit CV et l'ai renvoyé aux mêmes adresses. Dans les dix jours qui ont suivi, j'ai obtenu 2 entretiens ! Durant l'un d'eux, l'homme qui me recevait a avoué m'avoir appelée à cause de la photo. Normal, je suis blanche. Mon prénom est arabe, mon nom passe partout, ma mère est française de souche et mon père d'origine libanaise. Mais j'ai de la chance, je suis bien blanche avec les cheveux raides alors même si je me nomme Mariam, les gens en me voyant ne pensent pas que je suis musulmane.

• "Jamais assez français" par David A.
Je porte un nom et un prénom gaulois, ce qui jette encore plus le trouble... Au téléphone, que ce soit pour du travail ou un logement, on me répond "oui, pas de problème". Quand ils voient ma tête de métèque, c'est "non, repassez, j'ai pas le temps". Et puis tous les "tu es trop mate de peau", "tes cheveux sont trop noirs", "tu as trop de barbe", vous font penser que vous ne serez jamais assez "français". Les choses évoluent, mais j'ai l'impression d'avoir ramé deux fois plus que les autres.

• "Quand il s'agit d'une beure, ça devient grave" par Fatima S.
Je travaille dans une société d'assurances et mes horaires ne me permettent pas de rentrer chez moi le midi. Pendant le ramadan, je jeûne. Il m'est donc arrivé de rester à mon poste de travail pendant ma pause. Bien sûr, je ne suis pas la seule, beaucoup d'autres employés restent à leur bureau pour déjeuner. Et pourtant ma manager m'a fait comprendre que ce n'était pas parce que je ne mangeais pas que j'avais le droit de rester dans les locaux. J'ai accepté de me plier à cette règle à la condition qu'un rappel général soit fait à l'ensemble du personnel. Apparemment, tous les Blancs pouvaient jusqu'à présent transgresser cette règle sans être inquiété, mais quand il s'agit d'une beure, ça devient grave !

• "Un nom imprononçable" par Catherine M.
Ma peau est blanche, mon nom est noir. Depuis des années, je porte le nom de mon mari, africain. A la recherche d'un travail, j'ai galéré pendant des mois car mon patronyme inspirait la méfiance. De guerre lasse, j'ai fini par me présenter sous mon nom de jeune fille. J'ai trouvé un poste assez rapidement, ma particule a bien aidé. Quelques jours plus tard, le contrat signé, mon supérieur a pris connaissance de mon nom d'épouse, présent sur certains papiers. Il a froncé les sourcils, m'a regardé et a lancé : "C'est quoi, ça ? Beeuuuuuu...." écorchant mon nom, imprononçable selon lui.

• "Le plus écœurant, ce sont toutes ces remarques du quotidien" par Lylia K.
Refus à l'entrée des discothèques, difficultés à trouver un appartement ou un travail malgré mon diplome d'ingénieur, tout ça je l'ai vécu. Mais le plus pernicieux, le plus écœurant, ce sont toutes ces remarques du quotidien, qui n'ont l'air de choquer personne et qui suscitent le silence dans le meilleur des cas. Un soir, lors d'une fête d'entreprise, on me présente au directeur en tant que nouvelle recrue. Mon responsable donne mon nom à consonance arabe et s'empresse de préciser : "mais ne vous inquiétez pas, c'est quelqu'un de bien." Après deux ans passés dans la même entreprise, certains collègues continuent d'écorcher mon prénom et m'appellent Leila. A croire que j'ai plus une tête à m'appeler Leila que Lylia. Aujourd'hui, j'attends mon premier enfant et j'hésite à lui donner un prénom typé. J'ai peur qu'il n'en souffre.

• "Crédit refusé" par Francelyse B.
Ma sœur, alors agée de 20 ans et salariée depuis son apprentissage, avait demandé un crédit à sa banque pour acheter une voiture. Tout était bon, pas besoin de fixer un rendez- vous, juste un dossier à remplir et à signer. Quand elle a demandé à ce que le crédit soit également au nom de son fiancé, d'origine kabyle et avec un prénom et un nom à consonance nord-africaine, on lui a dit qu'il serait bon malgré tout de convenir d'un rendez-vous... Et le crédit leur a finalement été refusé.

• "Toutes les raisons sont bonnes" par Lamine S.
Je suis français et noir. Je suis marqué à jamais par ces magnifiques soirées entre amis que l'on aime finir en boîte. Une horreur pour moi dans la mesure où je ne peux entrer qu'avant 22 h 30. Tant que le "quota" de Noirs me le permet. Ensuite, il y a toujours un problème : je ne suis pas un "habitué", mes souliers sont beiges alors qu'ils devraient être noirs, je porte un polo et je devrais porter une chemise, on ne retrouve pas la "guest list" sur laquelle je me suis incrit. Bref, toutes les raisons sont bonnes. Et puis quel régal d'entendre "on t'aime bien toi, mais les autres...", "tu es français, mais d'où ?..."

• "Si je bois du vin, on me demande si je suis pratiquante" par Nadia H.
Si je bois du vin, on me demande si je suis pratiquante. Quand on voit que je ne mange pas de porc, on me demande systématiquement si je suis musulmane. A la maternité, la diététicienne du service de restauration m'a demandé ce que je ne mangeais pas. J'ai eu droit à sept jours de cabillaud à l'oseille sous cellophane.... Et je n'ai surtout pas le droit de me scandaliser du népotisme de la classe politique française au risque de me faire sermonner sur la corruption des régimes de "chez moi" !

• "Je ne correspondais pas à l'image de la belle-fille idéale" par Yasmine C.
En classe prépa dans un grand lycée, alors que je venais d'échanger un mot avec mon voisin d'origine algérienne, le professeur a lancé, goguenard : "eh, le tiers-monde là-bas, on se tait !" Eclat de rire général dans la classe. J'avoue avoir ri moi aussi, d'abord parce que c'était drôle, et puis surtout, comment réagir autrement ? Plus tard, quand mon futur mari m'a présenté à sa famille, très bourgeoise, celle-ci m'a accueillie plutôt fraîchement. Visiblement, je ne correspondais pas vraiment à l'image qu'ils se faisaient de la belle-fille idéale. Longtemps, il a fallu que je courbe l'échine pour me faire accepter, je crois ils ont toléré le choix de leur fils uniquement parce que je ne suis pas musulmane et que je suis très peu typée. Heureusement que j'adore le porc aux pruneaux et que je leur ai donné des petites-filles aux yeux bleus…

• "Mais vous n'êtes pas française ?" par Ridha M.
Etudiant tunisien à Paris, je demande à ma mère de m'aider à trouver un appartement en faisant quelques visites. Peau blanche, cheveux châtains, yeux noisette et maîtrisant parfaitement le français, elle ne correspond pas au stéréotype de l'arabe. Ce jour-là, elle visite un studio, le trouve intéressant et m'appelle pour que je vienne la rejoindre. Elle s'est bien entendue avec le proprétaire qui a l'habitude de louer à des étudiants. Cinq minutes plus tard j'entre dans le studio et dit bonjour à ma mère en arabe. Stupeur du locataire : "mais vous n'êtes pas française ?" "Non, je suis tunisienne !" lui rétorque ma mère. Sur ce, le propriétaire s'empresse de nous préciser qu'il demande un an de loyer à l'avance. Je demande alors à ma mère de sortir pour que je m'entretienne en "tête-à-tête" avec le propriétaire. Elle refuse catégoriquement : "ça n'en vaut jamais la peine, surtout avec les ignorants."

• "Le racisme ordinaire ne choque plus" par Thierry V.
La difficulté de témoigner sur le racisme ordinaire est que tout témoignage est... ordinaire, entendu mille fois, et ne choque plus. Ce qui me révolte aujourd'hui, c'est quand j'entends mes amis me dire d'arrêter la victimisation, qu'il faut que j'évolue, que je me fais des idées, que Brice Hortefeux a un humour particulier mais qu'on en fait tout un plat.

conclusion Brice ou Mustapha,tu restes et tu restera ce que tu es!!!!!!!!!!!
posted by Fawzi. Benabdallah vendredi, septembre 25, 2009  
 
0 Comments:
<< Back to top

La République des Indigénes
Moi, Mustapha Kessous, journaliste au "Monde" et victime du racisme
LE MONDE | 23.09.09 |
Brice Hortefeux a trop d'humour. Je le sais, il m'a fait une blague un jour. Jeudi 24 avril 2008. Le ministre de l'immigration et de l'identité nationale doit me recevoir dans son majestueux bureau. Un rendez-vous pour parler des grèves de sans-papiers dans des entreprises. Je ne l'avais jamais rencontré. Je patiente avec ma collègue Laetitia Van Eeckhout dans cet hôtel particulier de la République. Brice Hortefeux arrive, me tend la main, sourit et lâche : "Vous avez vos papiers ?"
Trois mois plus tard, lundi 7 juillet, jour de mes 29 ans. Je couvre le Tour de France. Je prépare un article sur ces gens qui peuplent le bord des routes. Sur le bitume mouillé près de Blain (Loire-Atlantique), je m'approche d'une famille surexcitée par le passage de la caravane, pour bavarder. "Je te parle pas, à toi", me jette un jeune homme, la vingtaine. A côté de moi, mon collègue Benoît Hopquin n'a aucun souci à discuter avec cette "France profonde". Il m'avouera plus tard que, lorsque nous nous sommes accrédités, une employée de l'organisation l'a appelé pour savoir si j'étais bien son... chauffeur.
Je pensais que ma "qualité" de journaliste au Monde allait enfin me préserver de mes principaux "défauts" : être un Arabe, avoir la peau trop basanée, être un musulman. Je croyais que ma carte de presse allait me protéger des "crochets" balancés par des gens obsédés par les origines et les apparences. Mais quels que soient le sujet, l'endroit, la population, les préjugés sont poisseux.
J'en parle souvent à mes collègues : ils peinent à me croire lorsque je leur décris cet "apartheid mental", lorsque je leur détaille les petites humiliations éprouvées quand je suis en reportage, ou dans la vie ordinaire. A quoi bon me présenter comme journaliste au Monde, on ne me croit pas. Certains n'hésitent pas à appeler le siège pour signaler qu'"un Mustapha se fait passer pour un journaliste du Monde !"
Ça fait bien longtemps que je ne prononce plus mon prénom lorsque je me présente au téléphone : c'est toujours "M. Kessous". Depuis 2001, depuis que je suis journaliste, à la rédaction de Lyon Capitale puis à celle du Monde, "M. Kessous", ça passe mieux : on n'imagine pas que le reporter est "rebeu". Le grand rabbin de Lyon, Richard Wertenschlag, m'avait avoué, en souriant : "Je croyais que vous étiez de notre communauté."
J'ai dû amputer une partie de mon identité, j'ai dû effacer ce prénom arabe de mes conversations. Dire Mustapha, c'est prendre le risque de voir votre interlocuteur refuser de vous parler. Je me dis parfois que je suis parano, que je me trompe. Mais ça s'est si souvent produit...
A mon arrivée au journal, en juillet 2004, je pars pour l'île de la Barthelasse, près d'Avignon, couvrir un fait divers. Un gamin a été assassiné à la hachette par un Marocain. Je me retrouve devant la maison où s'est déroulé le drame, je frappe à la porte, et le cousin, la cinquantaine, qui a tenté de réanimer l'enfant en sang, me regarde froidement en me lançant : "J'aime pas les Arabes." Finalement, il me reçoit chez lui.
On pensait que le meurtrier s'était enfui de l'hôpital psychiatrique de l'endroit : j'appelle la direction, j'ai en ligne la responsable : "Bonjour, je suis M. Kessous du journal Le Monde..." Elle me dit être contente de me recevoir. Une fois sur place, la secrétaire lui signale ma présence. Une femme avec des béquilles me passe devant, je lui ouvre la porte, elle me dévisage sans me dire bonjour ni merci. "Il est où le journaliste du Monde ?", lance-t-elle. Juste derrière vous, Madame : je me présente. J'ai alors cru que cette directrice allait s'évanouir. Toujours pas de bonjour. "Vous avez votre carte de presse ?, me demande-t-elle. Vous avez une carte d'identité ?" "La prochaine fois, Madame, demandez qu'on vous faxe l'état civil, on gagnera du temps", riposté-je. Je suis parti, évidemment énervé, forcément désarmé, avant de me faire arrêter plus loin par la police qui croyait avoir... trouvé le suspect.
Quand le journal me demande de couvrir la révolte des banlieues en 2005, un membre du club Averroès, censé promouvoir la diversité, accuse Le Monde d'embaucher des fixeurs, ces guides que les journalistes paient dans les zones de guerre. Je suis seulement l'alibi d'un titre "donneur de leçons". L'Arabe de service, comme je l'ai si souvent entendu dire. Sur la Toile, des sites d'extrême droite pestent contre "l'immonde" quotidien de référence qui a recruté un "bougnoule " pour parler des cités.
Et pourtant, s'ils savaient à quel point la banlieue m'était étrangère. J'ai grandi dans un vétuste appartement au coeur des beaux quartiers de Lyon. En 1977, débarquant d'Algérie, ma mère avait eu l'intuition qu'il fallait vivre au centre-ville et non pas à l'extérieur pour espérer s'en sortir : nous étions parmi les rares Maghrébins du quartier Ainay. Pour que la réussite soit de mon côté, j'ai demandé à être éduqué dans une école catholique : j'ai vécu l'enfer ! "Retourne dans ton pays", "T'es pas chez toi ici", étaient les phrases chéries de certains professeurs et élèves.
Le 21 décembre 2007, je termine une session de perfectionnement dans une école de journalisme. Lors de l'oral qui clôt cette formation, le jury, composé de professionnels, me pose de drôles de questions : "Etes-vous musulman ? Que pensez-vous de la nomination d'Harry Roselmack ? Si vous êtes au Monde, c'est parce qu'il leur fallait un Arabe ?"
A plusieurs reprises, arrivant pour suivre un procès pour le journal, je me suis vu demander : "Vous êtes le prévenu ?" par l'huissier ou le gendarme en faction devant la porte du tribunal.
Le quotidien du journaliste ressemble tant à celui du citoyen. Depuis plusieurs mois, je cherche un appartement. Ces jours derniers, je contacte un propriétaire et tombe sur une dame à la voix pétillante : "Je m'appelle Françoise et vous ?" "Je suis M. Kessous ", lui répondis-je en usant de mon esquive habituelle. "Et votre prénom ?", enchaîne-t-elle. Je crois qu'elle n'a pas dû faire attention à mon silence. Je n'ai pas osé le lui fournir. Je me suis dit que, si je le lui donnais, ça serait foutu, qu'elle me dirait que l'appartement avait déjà été pris. C'est arrivé si souvent. Je n'ai pas le choix. J'hésite, je bégaye : "Euhhhhh... Mus... Mustapha."
Au départ, je me rendais seul dans les agences immobilières. Et pour moi - comme par hasard - il n'y avait pas grand-chose de disponible. Quand des propriétaires me donnent un rendez-vous pour visiter leur appartement, quelle surprise en voyant "M. Kessous" ! Certains m'ont à peine fait visiter les lieux, arguant qu'ils étaient soudainement pressés. J'ai demandé de l'aide à une amie, une grande et belle blonde. Claire se présente comme ma compagne depuis cet été et fait les visites avec moi : nous racontons que nous allons prendre l'appartement à deux. Visiblement, ça rassure.
En tout cas plus que ces vigiles qui se sentent obligés de me suivre dès que je pose un pied dans une boutique ou que ce vendeur d'une grande marque qui ne m'a pas ouvert la porte du magasin. A Marseille, avec deux amis (un Blanc et un Arabe) - producteurs du groupe de rap IAM -, un employé d'un restaurant a refusé de nous servir...
La nuit, l'exclusion est encore plus humiliante et enrageante, surtout quand ce sont des Noirs et des Arabes qui vous refoulent à l'entrée d'une boîte ou d'un bar. Il y a quatre mois, j'ai voulu amener ma soeur fêter ses 40 ans dans un lieu parisien "tendance". Le videur nous a interdit l'entrée : "Je te connais pas !" Il aurait pourtant pu se souvenir de ma tête : j'étais déjà venu plusieurs fois ces dernières semaines, mais avec Dida Diafat, un acteur - dont je faisais le portrait pour Le Monde - et son ami, le chanteur Pascal Obispo.
Fin 2003, je porte plainte contre une discothèque lyonnaise pour discrimination. Je me présente avec une amie, une "Française". Le portier nous assène le rituel "Désolé, y a trop de monde." Deux minutes plus tard, un groupe de quinze personnes - que des Blancs - entre. Je veux des explications. "Dégage !", m'expédie le videur. La plainte sera classée sans suite. J'appellerai Xavier Richaud, le procureur de la République de Lyon, qui me racontera qu'il n'y avait pas assez d'"éléments suffisants".
Que dire des taxis qui après minuit passent sans s'arrêter ? Que dire de la police ? Combien de fois m'a-t-elle contrôlé - y compris avec ma mère, qui a plus de 60 ans -, plaqué contre le capot de la voiture en plein centre-ville, fouillé jusque dans les chaussettes, ceinturé lors d'une vente aux enchères, menotté à une manifestation ? Je ne compte plus les fois où des agents ont exigé mes papiers, mais pas ceux de la fille qui m'accompagnait : elle était blonde.
En 2004, une nuit à Lyon avec une amie, deux policiers nous croisent : "T'as vu le cul qu'elle a !", lance l'un d'eux. "C'est quoi votre problème ?" rétorqué-je. Un des agents sort sa matraque et me dit en la caressant : "Il veut quoi le garçon ?" Le lendemain, j'en ai parlé avec Yves Guillot, le préfet délégué à la police : il m'a demandé si j'avais noté la plaque de leur voiture. Non...
En 2007, la brigade anticriminalité, la BAC, m'arrête sur les quais du Rhône à Lyon : j'étais sur un Vélo'v. On me demande si j'ai le ticket, si je ne l'ai pas volé. L'autre jour, je me gare en scooter sur le trottoir devant Le Monde. Je vois débouler une voiture, phares allumés : des policiers, mains sur leurs armes, m'arrêtent. Je leur dis que je travaille là. Troublés, ils me demandent ma carte de presse, mais pas mon permis.
Des histoires comme celles-là, j'en aurais tant d'autres à raconter. On dit de moi que je suis d'origine étrangère, un beur, une racaille, un islamiste, un délinquant, un sauvageon, un "beurgeois", un enfant issu de l'immigration... Mais jamais un Français, Français tout court.
Mustapha Kessous
Article paru dans l'édition du 24.09.09.
posted by Fawzi. Benabdallah vendredi, septembre 25, 2009  
 
0 Comments:
<< Back to top

20 sept. 2009
Vous aimez hortefeux kkk, Vous adorerez freche le fasho... -


Dans une interview au Parisien, Georges Frêche, le président de la région Languedoc-Roussilon (exclu du PS) prend la défense du ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux, accusé de racisme après une blague controversée lors du campus de l'UMP à Seignosse. "C'est ridicule, estime M. Frêche, J'ai entendu ses propos et je n'y trouve rien d'extraordinaire. Aujourd'hui, on demande à tous les hommes politiques de faire de la langue de bois sous peine d'être cloué au pilori. Hortefeux n'est pas raciste !
Georges Frêche a par le passé provoqué de nombreuses polémiques avec des propos jugés racistes. Ainsi, le président du Languedoc-Roussillon, exclu en janvier 2007 du PS, déclarait en juin 2000, lors de l'inauguration du tramway dans un quartier de Montpellier où résident beaucoup de maghrébins: "Ici, c'est le tunnel le plus long du monde: vous entrez en France et vous sortez à Ouarzazate". En février 2006, lors d'un hommage à un ancien pied-noir, il s'en prenait à des harkis qui avaient assisté le même jour à une manifestation similaire de l'UMP: "Vous êtes allés avec les gaullistes (...) ils ont massacré les vôtres en Algérie (...) Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps (...) Vous êtes des sous-hommes". En novembre 2006, il regrettait que l'on compte dans l'équipe de France de football "neuf blacks sur onze". "Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine".
"OÙ SONT LES REGRETS DE CELUI QUI A TRAITÉ LES HARKIS DE SOUS-HOMMES ?"
Pour se défendre des nombreuses attaques sur ses propos jugés racistes, Brice Hortefeux avait répliqué mardi devant les députés qu'il n'avait pas de leçon d'éthique à recevoir de la gauche, renvoyant aux propos polémique de Georges Frêche. "Où sont les regrets de celui qui a traité les harkis de sous-hommes ?", avait-il lancé. "J'ai exprimé mes regrets pour une polémique violente, injuste et inutile. J'ai exprimé mes regrets car du fait d'une interprétation inexacte, certains ont pu être blessé dans leurs convictions", s'est défendu Brice Hortefeux.
Soucieux de ne pas alimenter la polémique, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, avait jugé "suffisants" sur Europe 1 les "regrets" du ministre de l'Intérieur. Mais le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples a annoncé qu'il portait plainte pour "diffamation à caractère raciste".
posted by Fawzi. Benabdallah dimanche, septembre 20, 2009  
 
0 Comments:
<< Back to top

13 sept. 2009
Hortefeux tire sur la France
PARIS, 13 septembre 2009 (AFP) - Le président du Parti radical de
gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, a regretté dimanche que le
ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux "n'ait pas la dignité de
tirer toutes les conséquences de ses propos" sur un militant UMP
d'origine arabe.
"C'est le principe républicain de fraternité qui est une nouvelle
fois foulé aux pieds par la majorité", écrit M. Baylet dans un
communiqué, en soulignant que le propos de M. Hortefeux "suscitait
une émotion légitime dans l'opinion publique".

Des propos ambigus du ministre de l'Intérieur sur un jeune militant
UMP d'origine arabe durant le Campus de l'UMP à Seignosse (Landes)
début septembre ont provoqué un tollé à gauche avec des
appels à la démission, après leur diffusion via une vidéo
sur internet.

"Comment le ministre de l'Intérieur pourra t il conduire le travail de dialogue que son ministère affirme vouloir engager entre les jeunes et la police?"

posted by Fawzi. Benabdallah dimanche, septembre 13, 2009  
 
0 Comments:
<< Back to top

Nom: Fawzi. Benabdallah
lieu: Clichy la Garenne, 92110, France
Maire adjoint,radical de gauche,militant,comme JeanJaures "L'histoire humaine n'est qu'un effort incessant d'invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création.
voir fiche


derniers commentaires
Gérald Dahan a appris par mail, mercredi 22 févr...
Campagne citoyenne à Clichy la Garenne
Aubry accuse Sarkozy
Hulot vert pale
Le monde est du côté de celui qui est debout.
"ZINOCHET"

Dilem en Liberté
le rapport qui accuse
Tahar Ben Jelloun répond au Président Sarkosy


mesarchives
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juillet 2006
septembre 2006
octobre 2006
novembre 2006
décembre 2006
janvier 2007
février 2007
mars 2007
avril 2007
mai 2007
juin 2007
juillet 2007
septembre 2007
octobre 2007
novembre 2007
décembre 2007
avril 2008
juillet 2008
septembre 2008
octobre 2008
novembre 2008
décembre 2008
janvier 2009
février 2009
mars 2009
avril 2009
mai 2009
juin 2009
juillet 2009
août 2009
septembre 2009
octobre 2009
novembre 2009
décembre 2009
janvier 2010
février 2010
avril 2010
mai 2010
septembre 2010
octobre 2010
décembre 2010
janvier 2011
février 2011
mars 2011
septembre 2011
février 2012


mesliens
prg92
clichy la radicale
prgyonne